Référence :PHO-1038

Voyage au Pole Sud et dans L'Océanie sure les corvettes L'Astrolabe et la Zélée pendant les années 1837-1838-1839-1840 sous le commandement de M. Dumont-D'Urville Capitaine de Vaisseau . ATLAS ANTHROPOLOGIE-BOTANIQUE Seul

DUMONT D'URVILLE ,(Jules-Sébastien-César).

Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du XVIII e et le début du XIX e siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, puis exploré les parties peu connues de la Polynésie et recherché les traces du naufrage de La Pérouse, Dumont d'Urville soumit à Louis-Philippe le projet d'un troisième voyage vers les mers australes. Toujours secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, Dumont d'Urville quitta Toulon le 7 septembre 1837 avec deux navires, l' Astrolabe et la Zélée. Après une longue escale à Rio, ils explorèrent le détroit de Magellan, alors peu fréquenté par les Français, et effectuèrent deux tentatives pour traverser la banquise. L'équipage étant épuisé et atteint par le scorbut, Dumont d'Urville dut se résigner à mouiller au Chili. Après quelques semaines de repos, il repartit pour l'Océanie, où il visita successivement les Marquises, Tahiti, les archipels Hamoa et Viti, Vanikoro, les îles Salomon, les Carolines, la Nouvelle-Guinée et l'Australie. Le 1 er janvier 1840, l'expédition quitta son mouillage d'Hobart pour retourner vers le Pôle Sud en direction du cercle polaire. Là ils arrivèrent à une immense étendue qu'ils baptisèrent Terre Adélie, du nom de la femme de Dumont d'Urville. Le 1er février, ayant déterminé le pôle magnétique, ils quittèrent définitivement cette région et mirent le cap sur l'Australie. Peu après, ils entamèrent le chemin du retour vers la France non sans avoir reconnu les îles Auckland et avoir dressé la carte hydrographique des côtes orientales de la Nouvelle-Zélande. Les résultats scientifiques de l'expédition furent immenses. Outre la connaissance de 12 000 lieues de côtes, elle rapporta une multitude de renseignements minéralogiques, zoologiques et botaniques. Dumont d'Urville fut, un mois après, nommé contre-amiral, puis, en 1841, la Société de géographie lui décerna sa médaille d'or. Sabin, 21216; Nissen, ZBI, 1200; Nissen, BBI, 556; Nissen, IVB, 449; Brunet, II, 882; O'Reilly, Nouvelle-Calédonie, 77-79; O'Reilly, Nouvelles-Hébrides, 114-116 ; O'Reilly, Tahiti, 946-952 ; Numa Broc, Océanie, 143 ; Howgego, D35.

Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du XVIII e et le début du XIX e siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, puis exploré les parties peu connues de la Polynésie et recherché les traces du naufrage de La Pérouse, Dumont d'Urville soumit à Louis-Philippe le projet d'un troisième voyage vers les mers australes. Toujours secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, Dumont d'Urville quitta Toulon le 7 septembre 1837 avec deux navires, l' Astrolabe et la Zélée. Après une longue escale à Rio, ils explorèrent le détroit de Magellan, alors peu fréquenté par les Français, et effectuèrent deux tentatives pour traverser la banquise. L'équipage étant épuisé et atteint par le scorbut, Dumont d'Urville dut se résigner à mouiller au Chili. Après quelques semaines de repos, il repartit pour l'Océanie, où il visita successivement les Marquises, Tahiti, les archipels Hamoa et Viti, Vanikoro, les îles Salomon, les Carolines, la Nouvelle-Guinée et l'Australie. Le 1 er janvier 1840, l'expédition quitta son mouillage d'Hobart pour retourner vers le Pôle Sud en direction du cercle polaire. Là ils arrivèrent à une immense étendue qu'ils baptisèrent Terre Adélie, du nom de la femme de Dumont d'Urville. Le 1er février, ayant déterminé le pôle magnétique, ils quittèrent définitivement cette région et mirent le cap sur l'Australie. Peu après, ils entamèrent le chemin du retour vers la France non sans avoir reconnu les îles Auckland et avoir dressé la carte hydrographique des côtes orientales de la Nouvelle-Zélande. Les résultats scientifiques de l'expédition furent immenses. Outre la connaissance de 12 000 lieues de côtes, elle rapporta une multitude de renseignements minéralogiques, zoologiques et botaniques. Dumont d'Urville fut, un mois après, nommé contre-amiral, puis, en 1841, la Société de géographie lui décerna sa médaille d'or. Sabin, 21216; Nissen, ZBI, 1200; Nissen, BBI, 556; Nissen, IVB, 449; Brunet, II, 882; O'Reilly, Nouvelle-Calédonie, 77-79; O'Reilly, Nouvelles-Hébrides, 114-116 ; O'Reilly, Tahiti, 946-952 ; Numa Broc, Océanie, 143 ; Howgego, D35.

2,500.00 €